Thierry Solère, une défection particulière pour Fillon

Dans la très longue liste des défections, celle-ci va faire particulièrement mal au camp Fillon. Ce n’est rien d’autre que Thierry Solère qui vient d’annoncer ce vendredi midi qu’il se retire de la campagne.

Celui-ci n’était pas uniquement le porte-parole du candidat Les Républicains - et seul à ce poste depuis que Fillon avait viré mi-février les cinq autres chargés de s’exprimer en son nom dans les médias. Solère est surtout le Monsieur primaire, celui qui avait été nommé fin 2014 par Nicolas Sarkozy pour être le chef mécanicien du scrutin de novembre. Avec plus de 4 millions d’électeurs de droite et du centre, l’élection avait été un tel succès que Fillon, tout de suite après sa victoire, l’avait appelé auprès de lui pour sa campagne présidentielle. Sur Twitter, Solère fait d’ailleurs valoir cette double casquette qui sape encore davantage la candidature de Fillon.

Le député des Hauts-de-Seine est aussi un proche de Bruno Le Maire. Lequel a été le premier, mercredi, à réclamer le départ du candidat, dès lors qu’il a appris que celui-ci était convoqué par les juges en vue de sa mise en examen.

Des échos autour d’un départ de Solère, très discret depuis mercredi, bruissaient ces deux derniers jours, après ceux d’autres lemairistes, dont le directeur adjoint de la campagne, Sébastien Lecornu. Cette énième démission donne à nouveau l’impression d’un séquençage des lâchages. Une sorte de supplice de la goutte d’eau pour le candidat plus que jamais fragilisé.

Date de dernière mise à jour : 04/03/2017