Rassemblement de soutien à Théo L. : « On a touché le fond


Les rassemblements de soutien à Théo L. – le jeune homme gravement blessé par des coups de matraque au niveau de la zone rectale au cours d’une interpellation policière à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) –, se poursuivent trois jours après les faits. Près de 250 personnes, selon une source policière à l’Agence France-Presse (AFP), se sont ainsi réunies mercredi 8 février en début de soirée à Paris, à l’appel du collectif Action antifasciste (AFA) Paris-banlieue. Ils étaient plus de 300 à Nantes (Loire-Atlantique), au même moment.
 


« Je suis venu pour défendre l’intégrité d’un jeune homme violé par la police de façon abominable. C’était important d’être là », explique Gilles, 63 ans, présent dans le rassemblement parisien qui s’est déroulé à Ménilmontant, dans le 20e arrondissement. « On a touché le fond. C’est indigne d’une démocratie… », se désole-t-il, alors que les quatre membres des forces de l’ordre impliqués dans l’interpellation ont été mis en examen dimanche pour violences volontaires en réunion, dont un pour viol.
« Ce qui s’est passé est intolérable, regrettent Brigitte et Frédéric. Les policiers ont tous les droits donc forcément ça génère des bavures. Il y a des raisons de s’inquiéter… » Ce ressentiment envers les policiers était très présent chez les manifestants mercredi soir. Les slogans « Flics, violeurs, assassins » ou encore « Tout le monde déteste la police » ont été scandés à de nombreuses reprises, alors qu’un important dispositif policier était déployé.

 

Date de dernière mise à jour : 10/02/2017