Primaire de la gauche : six questions pas si bêtes

Oui. Depuis quelques semaines, plusieurs signes montraient qu'il se passait quelque chose autour de la candidature de Benoît Hamon : la forte affluence dans ses meetings, ses propositions comme le revenu universel au centre des débats, les attaques répétées de ses concurrents, qui montraient une inquiétude certaine à son égard... En revanche, aucun sondage ne l'a jamais donné favori de la primaire.

Favori, une étiquette que Benoît Hamon lui-même n'a jamais revendiquée... sans doute parce qu'il ne la pensait pas possible. "On mesurait une dynamique dans la campagne, mais pas à ce point-là, on ne s'attendait pas à un tel écart", reconnaissait dimanche au soir le député Régis Juanico, soutien de Benoît Hamon.