Présidentielle. Nicolas Dupont-Aignan, briseur de digues

Possibilité n’est pas probabilité. Tout de même : dans quinze jours, Nicolas Dupont-Aignan, député-maire d’Yerres, le candidat aux 4,7%, peut être le Premier ministre de Marine Le Pen et donc de la France.

Jusqu’alors, les digues étaient poreuses. Cette fois, elles sont brisées. Son ralliement à la candidate frontiste est un coup de tonnerre.

 

D’abord pour les siens. Que son numéro deux et que l’auteur de son projet démissionnent le prouve assez. Ils ne croyaient pas que ce gaulliste intègre, qui avait claqué la porte de l’UMP sur désaccord européen, que ce souverainiste courageux qui a fondé et porté à bout de bras son petit parti, franchirait le Rubicon. Jamais un vrai gaulliste, de de Gaulle à Juppé, en passant par Chirac, n’avait imaginé s’allier à l’extrémisme.

Date de dernière mise à jour : 09/05/2017