Macron joue la trans­pa­rence et détaille ses reve­nus

Pour couper court aux langues qui prophé­tisent que Macron « aura des problèmes car il a manié trop d’argent », le candi­dat du mouve­ment En marche ! a décidé de jouer la trans­pa­rence. Dans son édition du jour, le Jour­nal du Dimanche révèle ainsi ses reve­nus et son patri­moine.

Le 26 août 2014, Emma­nuel Macron était nommé par François Hollande, ministre de l’Eco­no­mie. Dès lors il n’avait cessé d'essuyer les critiques sur son passé de banquier d'affaires chez Roth­schild & Cie, peu socialo-compa­tible selon certains. 

 

Celui qui se rêvait peut-être déjà un destin prési­den­tiel était en effet apparu comme l'un des ministres les plus aisés du gouver­ne­ment. Une situa­tion confor­table due à ses quatre années passées au sein de la banque Roth­schild & Cie, d'abord comme direc­teur puis comme gérant et asso­cié. D'après la décla­ra­tion signée de sa main trans­mise à la Haute auto­rité pour la surveillance de la vie publique, le 24 octobre 2014, Emma­nuel Macron affirmé avoir reçu 2,885 millions d'euros en salaires et en parti­ci­pa­tion aux béné­fices entre 2008 et 2012. Une somme fara­mi­neuse due en partie au fait qu’il avait réussi à boucler un gros « deal », à savoir le rachat de la divi­sion « nutri­tion infan­tile de Nestlé par Pfizer ».