Les 3 orientations à retenir de Marine Le Pen à Lyon

Marine Le Pen n'a sans doute pas déçu sa base, car pendant plus d'une heure, elle a fait du patriotisme et de la préférence nationale ses chevaux de bataille, revenant sur chacune des facettes de son projet, notamment économique. 

Avec le peuple au centre de ses préoccupations, la présidente du FN a remis en avant son idée d'un gouvernement contrôlé par le peuple : "Contre la droite du fric et la gauche du fric, je suis la candidate de la France du peuple !", a-t-elle débuté avant de dérouler son programme. Identité, lutte anti-terroriste et économie étaient 3 principaux thèmes autour desquels s'est articulé le discours de la candidate.

La préférence nationale, pivot du programme économique et social

Premier ennemi identifié par Marine Le Pen, la mondialisation qu'elle sépare en deux catégories. "Il y a la mondialisation d'en bas, avec l’immigration massive, et celle d’en haut, avec la financiarisation de l’économie", a expliqué la candidate. "Le mondialisme économique revient à faire fabriquer par des esclaves pour vendre à des chômeurs", a-t-elle ensuite martelé. "Dans le logement social, l’emploi, nous établirons la priorité nationale. Ce principe sera inscrit dans la Constitution !", a promis Marine Le Pen, fidèle à ses idées en la matière. La préférence nationale est ainsi érigée en base du discours et du programme. 

Par ailleurs, il y aura la création de nouvelles aides sociales. "Nous créerons une 'protection logement jeunes' en revalorisant de 25 % l’aide au logement des jeunes jusqu’à 27 ans", a proposé l'eurodéputée. Des mesures accompagnées d'une revalorisation de l'allocation adulte handicapé ainsi que du minimum vieillesse. Les heures supplémentaires seront quant à elles défiscalisées. Une prime de pouvoir d'achat pour les personnes touchant moins de 1.500 euros sera elle instaurée. Tout cela financé en partie par une taxe de 3% sur les importations.