Le Brexit ? Une aubaine pour les ostréiculteurs irlandais

D'aucuns redoutent les conséquences du Brexit. Pas les ostréiculteurs irlandais de l'estuaire de Lough Foyle, qui misent sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne pour favoriser leurs exportations et mettre à l'index les fermes clandestines.
C'est un petit bout de littoral peu industrialisé à la pointe nord du pays, collé au voisin nord-irlandais.
Mais malgré son charme bucolique, la région n'a pas su capitaliser sur sa beauté pour attirer les touristes, la faute au trajet de plus de trois heures qu'il faut effectuer pour s'y rendre depuis la capitale, Dublin.
Depuis les rivages de la péninsule d'Inishowen, il est possible d'apercevoir les parcs à huîtres, dont la production part surtout vers la France, qui constitue, de loin, le plus gros débouché pour les ostréiculteurs irlandais.
Au coeur du problème se trouve la question de la souveraineté des eaux de l'estuaire, dont le statut n'avait pas été fixé lors de la partition de l'île en 1921, dans la foulée de la guerre d'indépendance.
Le vide juridique a permis le développement d'une ostréiculture sauvage, au grand dam des propriétaires de fermes agréées qui affirment que la situation met leur activité en péril.
'Où sont les frontières ?'

Ils comptent aujourd'hui sur le Brexit pour y remédier.

Date de dernière mise à jour : 10/05/2017