La poursuite de l'enquête par le parquet financier

François Fillon dénonce "un acte de communication", après la décision du parquet national financier, jeudi 16 février, de poursuivre l'enquête sur les soupçons d'emploi fictif qui pèse sur sa famille. Le procureur, qui a indiqué avoir reçu les premiers résultats de l'enquête préliminaire, estime que "les nombreux éléments déjà recueillis ne permettent pas d'envisager, en l'état, un classement sans suite". Une annonce "sans justification" et portant atteinte au devoir d'"objectivité", ont déploré de leur côté les avocats de François et Penelope Fillon dans un communiqué.

 François Fillon dénonce un "acte de communication". Le candidat à la présidentielle réagit dans Le Figaro : "Il n y a rien de nouveau, ni poursuite, ni mise en examen", dit-il. "Cette annonce n'est qu'un acte de communication qui nourrit le feuilleton médiatique. Cela n'entame en rien ma détermination."

 La fille aînée de François Fillon se dit atteinte. "L'abattage médiatique autour de ses parents traumatise un peu " Marie Fillon, la fille aînée de l'ancien Premier ministre, a déclaré son avocat sur BFMTV.

 Les avocats réaffirment que le parquet n'est pas compétent. Antonin Levy et Pierre Cornut-Gentille avaient déjà, le 9 février, appelé le parquet national financier à se dessaisir de l'enquête. "Nous maintenons que l'enquête se déroule en violation des règles de compétence du Parquet national financier et, plus grave encore, du principe de la séparation des pouvoirs", martèlent les avocats.