IMMOBILIER : LA HAUSSE N'EST PAS FINIE !

Grâce à la politique monétaire accommodante menée par le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, les acheteurs ont rarement connu conjoncture plus favorable pour boucler leur projet immobilier. Pensez : selon les calculs de l’Observatoire Crédit logement, depuis octobre 2015, le plongeon des taux d’intérêt enregistré en France équivaut à un repli du prix des logements de l’ordre de 6%. Et même de 22,5%, comparé aux taux d’intérêt en vigueur avant la baisse, en décembre 2011 ! Pas étonnant, dès lors, que la barre des 840.000 transactions dans l’ancien puisse être franchie en 2016, un record digne des années fastes. "Au premier semestre, le volume de ventes est en hausse de 13% sur un an au sein de nos agences, confirme Delphine Rouxel, directrice réseau chez Solvimo. Et on ne note pas d’inflexion avec l’été." Pour couronner le tout, le nouveau prêt à taux zéro en vigueur depuis janvier connaît un succès inattendu.

Notamment dans sa version dédiée à l’ancien, qui a relancé le marché des logements nécessitant de gros travaux (à hauteur de 25% du montant global de l’acquisition), à l’arrêt depuis longtemps. Même engouement pour les programmes neufs, notamment de la part des investisseurs, qui pèsent 70% de l’activité. Au point que les promoteurs peinent à satisfaire la demande. "A Lyon, par exemple, le stock de logements actuellement disponibles ne représente qu’entre neuf et dix mois du total des ventes réalisées l’an passé", prévient Thomas Lierman, directeur général adjoint de Nacarat, un promoteur présent dans les grandes villes de France.

Date de dernière mise à jour : 28/08/2016