François Fillon, “un homme dangereux pour la démocratie”

Après avoir parlé d’un “coup d’État institutionnel” il y a quelques semaines, puis d’une “quasi-guerre civile” dimanche 26 février, François Fillon a dénoncé, mercredi 1er mars, un “assassinat politique” pour évoquer sa prochaine mise en examen dans l’affaire de l’emploi présumé fictif de son épouse, Penelope Fillon. Une rhétorique qui a rapidement alerté au-delà de nos frontières et qui scandalise la presse étrangère, habituée à entendre ce genre de propos chez des hommes politiques bien moins traditionnels que l’ancien Premier ministre français.

Date de dernière mise à jour : 03/03/2017