Fillon veut une plainte contre les auteurs d'une tribune

 presse est décidément dans le viseur de François Fillon. Mais cette fois-ci, ce n'est pas en rapport avec les soupçons d'emplois fictifs portant sur son épouse et deux de ses enfants. Présent pour une table ronde sur la sécurité à Compiègne (Oise), mercredi 15 février, François Fillon s'est exprimé à propos d'une tribune parue dans Libération, en soutien à Adama Traoré et à Théo, le jeune homme violemment interpellé à Aulnay-sous-Bois.

Sans nommer le journal, rapporte Libération, François Fillon a dénoncé les propos tenus dans le quotidien, évoquant une "tribune qui accuse de racisme les policiers" et a estimé que le ministère de l'Intérieur devrait se saisir de l'affaire et porter plainte contre les auteurs du texte. Une proposition déjà formulée un peu plus tôt dans la journée par Éric Ciotti.

"Si on se tait, c'est toute notre société qui se salit", évoque le titre de cette tribune, signée par de nombreuses personnalités et artistes, notamment Nekfeu, Yannick Noah ou encore Omar Sy. Un texte, qui appelle à s'unir "contre les violences policières et leur impunité" pour obtenir justice, car "la mort d'Adama Traoré n'engage pas seulement ses proches mais l'ensemble de notre pays, de notre société."