Evry : une étudiante condamnée à 8 mois de prison

Aucun signe d’inquiétude ou de stress. Dans le box des accusés, Sibylle* reste impassible face aux questions de la juge. Vêtue d’un jilbab noir, qui ne laisse apparaître qu’une partie de son visage, la jeune femme de 20 ans comparait ce vendredi au tribunal de grande instance d’Evry pour avoir régulièrement consulté un service de communication sur Internet faisant l’apologie d’actes de terrorisme.

 

Plus de 15 000 photos, vidéos et plaquettes en lien avec des groupes djihadistes ont été retrouvées sur son ordinateur et son téléphone portable. Après moins d’une demi-heure de délibération, elle a été condamnée à 8 mois de prison avec mandat de dépôt.

 

Cette étudiante en licence professionnelle, qui « rêve de vivre dans un état dicté par la charia », était fichée S depuis le mois de mai dernier. C’est lors d’une perquisition dans sa chambre à Evry, le 9 juin, que les forces de l’ordre ont retrouvé de nombreux documents faisant la propagande d’actes de terrorisme. Ainsi que des plaquettes expliquant comment choisir le camion qui tuerait un maximum de personnes, ou quels sont les effets du gaz sarin, fatal pour l’homme.

 

« Nous avons retrouvé des photos de cadavres, parfois brûlés vifs, d’autres décapités, des enfants découpés en morceaux, décrit la juge horrifiée. Vous les avez toutes vues ? » « Non, répond sans hésitation Sibylle. Je ne savais pas qu’elles étaient là, elles ont dû s’enregistrer dans un fichier caché de mon portable lorsque j’ai téléchargé des magazines. »

 

Une menace pour la société ?

 

Le procureur tente de la pousser dans ses retranchements : « Quel degré de dangérosité vous êtes pour nous tous ? Êtes-vous un agent dormant ? Peut-on imaginer que l’on vous utilise pour un attentat, où il n’y aurait plus qu’à allumer la mèche ? » Sans jamais montrer la moindre émotion, la jeune femme nie toutes relations avec des personnes vivant en Syrie. « Si j’avais voulu partir, j’y serai déjà, assure-t-elle. J’ai choisi de vivre et de travailler en France. Je ne veux pas vivre dans un pays en guerre. »

 

Sibylle, qui n’a prévenu aucun proche depuis sa garde à vue, espérait obtenir sa remise en liberté surveillée. Une demande qui n’a pas été entendue par la juge, qui a préféré dès ce vendredi soir l’envoyer à la maison d’arrêt des femmes de Fleury-Mérogis.

Date de dernière mise à jour : 07/07/2017