Disparition de la petite Maëlys

Ce samedi 26 août, le vin d'honneur d'un mariage bat son plein près de la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin, 3 500 habitants. Dehors, une tente de réception bleue est dressée, des guirlandes à fanions multicolores flottent dans l'air. Des enfants jouent avec les ballons. La température avoisine les 30 °C dans l'après-midi, et les 180 convives de la soirée sont habillés en conséquence : shorts, jupes et débardeurs. Dans la foule, lunettes de soleil sur le crâne et baskets blanches, Nordahl Lelandais arbore un sourire. Un verre vide à la main, il semble faire une blague à un ami, d'après un cliché publié par Paris Match. Quelques heures avant, il ne faisait pourtant pas partie des invités. 

Selon l'hebdomadaire, il a insisté pour venir au vin d'honneur, proposant aux invités qui le connaissaient de leur fournir de la drogue et finissant par convaincre ses hôtes de l'inviter. Nordahl Lelandais était connu pour des problèmes liés à la drogue. D'après le magazine, il a été interpellé sur un terrain de l'armée en mai 2004 et décembre 2005 pour "usage de stupéfiants et autres infractions à la législation des stupéfiants". Il est aujourd'hui le principal suspect de l'enlèvement de Maëlys de Araujo, la fille des cousins des mariés. Jeudi, malgré ses dénégations, les juges l'ont mis en examen pour "meurtre, précédé d'un autre crime", l'enlèvement.

Son agenda scruté minute par minute

Son attitude pendant la soirée, puis la nuit du 27 août, pose question aux enquêteurs, et notamment ses trois allers-retours entre la salle de réception et son domicile, situé à neuf minutes, selon Paris Match. D'après le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, le premier voyage de Nordahl Lelandais a eu lieu "de 21h49 à 22h08", samedi soir. Il fait alors nuit depuis plus d'une heure. Le deuxième aller-retour a lieu de "22h33 à 23h09".

Lors de ses premières auditions, annulées par la cour d'appel de Grenoble en raison d'un vice de forme, l'ancien militaire a justifié ses absences. Il racontait avoir dû retourner chez lui pour changer son short blanc, taché, et se réapprovisionner en bières. 

Une attitude avec les enfants qui pose question

De retour à la salle des fêtes, il est vu par des témoins dans la petite salle où dorment des enfants, surveillés par une baby-sitter, raconte Paris Match. L'homme aurait montré à Maëlys, sur son téléphone, des photos de ses chiens, précise l'avocat des parents de la fillette au Dauphiné libéré. Une passion que partage la petite fille. Maëlys semblait en confiance. Selon sa mère, Maëlys a décrit le suspect à un invité comme son "tonton" et son"copain".

A 1h30, la nounou quitte les lieux. Si certains enfants dorment, Maëlys, elle, est toujours debout, poursuit l'hebdomadaire. Pour les enquêteurs, c'est à 2h45 que la fillette a disparu. Cette heure est contestée par l'ancien maître-chien. A "2h46 et 12 secondes", selon le procureur, Nordahl Lelandais met son téléphone en "mode avion" et devient injoignable. "Mon client l'a appelé quatre fois. Sans succès", affirmait d'ailleurs l'avocat d'un ami de Nordahl Lelandais d

Une minute plus tard, à 2h47, une voiture correspondant à l'Audi A3 de Nordahl Lelandais est filmée dans le centre-ville de Pont-de-Beauvoisin. Le suspect assure "que ce n'était pas sa voiture", malgré les conclusions de l'enquête.

Date de dernière mise à jour : 02/01/2018