Des élus LR réclament des explications à François Fillon

«Nous ne pouvons plus faire campagne», estime un groupe de parlementaires LR qui a préparé une «déclaration» pour la réunion du groupe mardi et demande une «solution politique» au candidat.

«La situation est extrêmement sérieuse. Elle dépasse de très loin les intérêts personnels du candidat à la présidentielle ou ceux de tel ou tel parlementaire. Et il faut que nous en sortions tous la tête haute.» Le ton était particulièrement grave à l'issue du dîner des parlementaires LR qu'avait organisé Georges Fenech lundi soir au Bourbon, en face de l'Assemblée. Une «petite vingtaine» d'élus - députés, sénateurs, eurodéputés et anciens ministres - avaient répondu à l'appel du député du Rhône. L'élu sarkozyste avait convié ses collègues à «une rencontre», au lendemain d'un week-end passé sur le terrain, pour un échange sur la situation politique. Beaucoup se montrent en effet inquiets des conséquences des affaires touchant François Fillon sur le résultat de la présidentielle et ne se sentent pas entendus par le candidat.

«Nous avons fait le constat qu'il n'était plus possible de faire campagne sur le terrain et ce constat est partagé à l'unanimité, a confié Georges Fenech à l'issue de la réunion. Nous reconnaissons tous la légitimité que le candidat a tiré de sa victoire à la primaire mais nous ne pouvons pas ignorer que plusieurs éléments imprévisibles se sont produits depuis. C'est pourquoi nous devons faire part à François Fillon de nos plus vives inquiétudes et lui poser la question de savoir ce que nous allons faire maintenant. De savoir quelle est la suite.»

À la sortie du restaurant, Alain Gest ne tient pas un autre langage. «Nous avions déjà été convoqués au siège de campagne du candidat, mais aucun échange n'avait pu s'instaurer entre lui et nous, a regretté le député de la Somme. François Fillon a-t-il eu vent de notre petite réunion de ce soir? Je l'ignore. Toujours est-il que finalement il se présentera - oh surprise! - devant le groupe à l'Assemblée. C'est pourquoi nous devions préparer ce que nous nous apprêtons à lui dire.» Aucune participation aux réunions des groupes LR à l'Assemblée ou au Sénat n'était en effet prévue dans l'agenda du candidat à la présidentielle avant la fin de journée lundi. A son retour mardi matin de La Réunion, il ne devait rencontrer que les parlementaires centristes de l'UDI. Finalement, il a été décidé qu'il retrouvera d'abord les députés LR, à 11 heures à l'Assemblée.

«Il faut que nous trouvions une solution politique à la hauteur des enjeux car nous pouvons très bien nous retrouver dans le cas de figure absolument incroyable où notre famille politique se retrouverait absente du second tour de la présidentielle et ce n'est pas acceptable.»

Alain Gest

Les conjurés ont donc préparé le message qu'ils ont l'intention d'adresser au candidat. Il prendra la forme d'une «déclaration» dont les organisateurs réservent la primeur à l'ancien premier ministre. Le texte devrait être «cosigné par une quarantaine de parlementaires», espèrent-ils. Plus du double de ceux réunis lundi soir car «beaucoup de nos collègues ne pouvaient être à Paris dans les temps», explique l'un des participants. «Nous allons exposer les données du problème tel qu'il se pose. Il faut que nous trouvions une solution politique à la hauteur des enjeux car nous pouvons très bien nous retrouver dans le cas de figure absolument incroyable où notre famille politique se retrouverait absente du second tour de la présidentielle et ce n'est pas acceptable», insiste Alain Gest.

La «déclaration» devrait se conclure par une «question posée au candidat». Selon nos informations, il s'agirait de demander la convocation du bureau politique, l'instance dirigeante des Républicains, qui n'a pas été réunie depuis le début de la crise. C'est aussi, selon plusieurs des convives, la seule instance qui peut «se prononcer sur l'avenir de François Fillon».

Lundi soir, la rencontre entre les élus LR a également été l'occasion pour eux de confronter l'ambiance dans chacun de leur territoire, trois semaines après les premières révélations concernant l'emploi d'assistante parlementaire de Penelope Fillon. «Et le bilan n'est pas bon, pas bon du tout», confie un élu francilien. «C'est compliqué. Il y a les gens qui viennent nous voir et c'est plutôt rassurant de voir qu'il y en a encore, explique ce sarkozyste. Il y a ceux qui ne nous parlent pas des affaires, comme si de rien n'était, et là, on commence à s'inquiéter. Et il y a tout ceux qui ne viennent même pas nous voir et là on peut craindre le pire...» Un autre, élu «d'un territoire moins dur que pour les autres», explique que «les gens sont abattus». «La plupart voteront quand même, mais les réactions sont très négatives et certains laissent entendre qu'ils se tournent maintenant vers Emmanuel Macron ou Marine Le Pen», précise-t-il.

À en croire plusieurs cadres du parti, les relations entre les militants se sont même «envenimées» ces derniers jours. «La défaite de leur champion était déjà difficile à avaler pour les soutiens de Nicolas Sarkozy ou d'Alain Juppé, explique un membre de la direction. Avec les affaires, les conversations dans les fédérations tournent parfois au vinaigre.» Difficile, dans ces conditions, de mener campagne. «Je ne trouve pas de militants pour distribuer les tracts pour la présidentielle que l'on envoie. Je n'ai jamais vu ça à deux mois de l'élection», explique un cadre du parti, élu d'un secteur populaire où le FN cartonne.

«La question est maintenant de savoir ce que l'on peut faire pour sauver la campagne.»

Or quand les sympathisants et les militants sont grognons, les parlementaires deviennent nerveux. «François Fillon explique qu'il est debout, mais être debout, ce n'est pas un thème de campagne. Cela veut dire qu'il survit or ce n'est pas suffisant pour gagner», déplore l'un des caciques. «L'équipe mise en place autour du candidat ne se rend pas compte qu'à 17% d'intentions de vote dans les sondages, les gens s'inquiètent et ont des raisons de s'inquiéter. La question est maintenant de savoir ce que l'on peut faire pour sauver la campagne.»

Cette réunion n'a pas plu à tout le monde, notamment parmi les sarkozystes. Jean-Pierre Door, fidèle de l'ancien président, a décliné l'invitation. «Je regrette toutes ces initiatives, explique le député du Loiret. Il faut bien avoir conscience que l'on est tous dans le même train. C'est peut-être un train infernal ; mais c'est au chef de train de décider d'arrêter la machine ou pas. Pas aux autres.»

Date de dernière mise à jour : 14/02/2017