concert de casseroles et 3000 personnes au meeting de François Fillon

Sur ses terres, Annie Genevard, députée du Doubs et fidèle de François Fillon a ouvert le meeting en chauffant la salle où certains sympathisants ont du rester debout.
« François, mes amis, il faut que la campagne démarre vraiment pour faire connaitre ton programme. L’alternance, nous la voulons…Avec toi, il faut chasser le socialisme qui a tant fait de mal à la France » a scandé la maire LR de Morteau saluant le courage de Fillon tel un "capitaine dans la tempête".

Le Bourguignon François Sauvadet s’en est pris aux médias dénonçant un acharnement médiatique sur François Fillon. « S’ils t’attaquent avec une telle violence c’est que tu vas gagner » a dit l’élu UDI.

Fillon incisif

Le candidat des Républicains est convoqué le 15 mars devant les trois juges d’instruction pour le présumé emploi fictif de sa femme Pénélope Fillon comme assistante parlementaire. Mais il a tenté une nouvelle fois de relancer sa campagne auprès des militants et électeurs de la droite et du centre.
A la tribune bisontine, François Fillon a rappelé une nouvelle fois que rien ne l’arrêterait.

Durant les primaires, j’étais le candidat du redressement national. Je le suis toujours, mais je suis aussi devenu le rebelle que le système n’arrêtera pas

a t-il dit taclant ses adversaires comme Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon dont le programme se résume « à vouloir fermer les portes et les fenêtres et de rallumer la bougie ».

Fillon a longuement détaillé son programme économique de la baisse de charges sur les cotisations salariales, à la fin de 35 heures ou l’abrogation de la réforme des collèges de Najat Vallaud-Belkacem. Il a détaillé son projet de création d'un nouveau type d'établissements scolaires "indépendants et innovants" dans les zones en difficulté, et évoqué la nécessaire "sécurisation" des lycées après les incidents en Seine-Saint-Denis.

Date de dernière mise à jour : 11/03/2017