Canicule: Comment fera-t-on s'il fait 55 degrés en 2050?

Selon les climatologues, les épisodes de canicule sont amenés à se multiplier et à s'intensifier, mais nos corps ne sont pas prêts à affronter une telle montée des températures..

Vous trouvez ça chaud ? Ça l’est, mais ce n’est rien comparé à ce qui nous attend. Selon Jean Jouzel, climatologue et vice-président du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), en 2050, alors que le réchauffement climatique se sera accéléré, les épisodes caniculaires en France pourraient se multiplier et s’intensifier. Sommes-nous prêts ?

Des épisodes de canicules plus fréquents et plus intenses

Il faut s’y préparer, « le climat et les températures que l’on connaît aujourd’hui seront différents dans quelques décennies », prévient Hervé Le Treut, climatologue, professeur à l’Université Pierre et Marie Curie et directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace. « Nous continuons à émettre des gaz à effet de serre (GES) qui ont un effet irréversible sur le climat. Or ils s’accumulent et se stockent dans l’atmosphère. Non seulement c’est irrémédiable, mais en plus ce phénomène grandit ».

En conséquence, il faut s’attendre à ce que des phénomènes de canicule comme celui qui s’abat sur le pays cette semaine « se multiplient et s’intensifient », poursuit le climatologue. A ce rythme, selon les prévisions du Giec basées « sur une absence de politique climatique », on peut tabler sur une augmentation de 4 °C de la température moyenne du globe à « l’horizon 2071-2100 », avec des pics localisés de hausse des températures. Ainsi, dans le quart nord-est du pays, les températures maximales pourraient dépasser les 55 degrés ! « C’est de l’ordre du possible, répond Hervé Le Treut. Nous savons que la planète se réchauffe, sous l’effet des GES dont on ne peut que tenter de réduire l’émission. Mais il est difficile de savoir précisément où et de combien de degrés les températures augmenteront, mais il est sûr qu'elles augmenteront ».

« Notre organisme n’est pas prêt pour de telles températures »

Comment ferons-nous alors qu'aujourd’hui, avec « seulement » 35 degrés affichés au thermomètre, la chaleur est déjà difficilement supportable? « Comme l’a montré la canicule de 2003, les très fortes chaleurs posent surtout le problème de la prise en charge des personnes les plus vulnérables et mal entourées, notamment les personnes âgées hors Ehpad, indique le médecin biologiste Bernard Sablonnière, chercheur et professeur de biologie moléculaire et auteur de L'espoir d'une vie longue et bonne* (Ed. Odile Jacob). Chez les personnes âgées, il y a une baisse des régulateurs qui détectent la perte d’hydratation, dont l’un des signaux est la soif. Or avec l’âge, leur perception de la soif diminue, et si on ne fait pas attention à ces personnes-là, qu’on ne les force pas à boire, il y a un risque de déshydratation soudaine qui peut entraîner une syncope », explique-t-il.

Date de dernière mise à jour : 09/08/2018