Attentats du 13 novembre : quand "Jawad le logeur"

Incarcéré à l’isolement à la maison d’arrêt de Villepinte, en Seine-Saint-Denis, Jawad le logeur a déjà écrit plusieurs lettres au juge d’instruction pour clamer son innocence. TF1 s’est procuré un de ses courriers et en publie des extraits tels quels, fautes d’orthographes comprises.

“Vous êtes juge d’instruction, on aurait dis vous êtes scénariste (…) vous attendez quoi je pète une durite”. C’est dans ce langage plutôt fleuri que Jawad s’adresse au Jean-Marc Herbaut, juge à la section antiterroriste de Paris. Dans cette missive écrite le 1er octobre 2016 et dont LCI publie quelques extraits, Jawad dit aussi “péter un plomb” en prison et clame son innocence.

Le soir des attentats du 13 novembre ?  “J’étais dans le salon avec mon père je mangais des lentilles au bœuf”, se souvient-il. Lorsque Hasna Aït-Boulahcen s’est présentée avec son cousin Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh le 17 novembre pour lui demander un logement de toute urgence ? “J’ai senti un truc louche mais jamais j’aurais pu imaginer une seule seconde que je venais de serrer la main et offert un toit du coca cherry, de l’oasis aux individus qui venait de commettre les pires attentats perpetré en France”, jure-t-il.

Jawad est incarcéré depuis la fin du mois de novembre 2015, après avoir été mis en examen pour association de malfaiteurs criminelle en relation avec une entreprise terroriste. Pendant ses six jours de garde à vue, une durée exceptionnellement longue, il n’avait pas réussi à convaincre qu’il ignorait les activités terroristes de ses locataires provisoires.

Date de dernière mise à jour : 20/01/2017