Attentats de Paris  : Jean-Marie le Pen défend la thèse du complot

 

« Je ne suis pas Charlie, je suis Jean-Marie, et je n’ai pas changé », a lancé sous les ovations Jean-Marie Le Pen, devant les militants frontistes de Paris, dimanche 25 janvier, réunis autour d’une galette des rois.

Le président d’honneur du Front National a d’abord semblé chercher à arrondir les angles. Le numéro deux du parti, Florian Philippot, avait affirmé vendredi que M. Le Pen avait « peut-être pris un peu de vodka » avant de donner un entretien au tabloïd russe Komsomolskaïa Pravda, dans lequel il laissait entendre ses doutes à propos de l’attentat à Charlie Hebdo.

« Outrecuidance », avait répondu M. Le Pen. Mais à l’occasion de cette galette des rois, le vieux leader frontiste s’est voulu sobre, se contentant de relever « le manque de respect » de M. Philippot. Même sur la question du soutien de Marine Le Pen au parti de gauche radicale grecque Syrizaqui a remporté les élections législatives dimanche,M. Le Pen s’est montré mesuré : « J’aurais préféré que ça soit d’autres. »

 

Source le monde