Attentats à Paris : Salah Abdeslam voulait mourir

Sa cavale avait mobilisé les forces de l'ordre européennes, et RTL vous explique comment il s'est organisé, notamment en étant aidé d'un membre de sa famille à la fin de sa cavale en Belgique. Un cousin qui a livré ses confessions. Ainsi on apprend que c'est un Salah Abdeslam fatigué et aux abois, que décrit Abid Aberkan, son cousin. Le terroriste l'a contacté le mardi 15 mars, désespéré, sur son téléphone portable, le suppliant de le cacher. Alors il accepte et le transporte en voiture. 

Date de dernière mise à jour : 28/01/2017