après deux reports, ouverture du procès des "disparus du Novotel

Après deux reports de leur procès, dix partisans de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo comparaissent mardi à Abidjan pour le procès dit des "disparus du Novotel" pour "enlèvement" et "assassinat" de quatre hommes, dont deux Français.

Après six ans d'atermoiements et deux reports, le procès du meurtre de quatre hommes, dont deux Français, enlevés en 2011 à Abidjan, s'est ouvert mardi 21 février dans la capitale économique ivoirienne. Les dix accusés, pour la plupart des militaires ivoiriens, sont présents à l'audience. Selon l'acte d'accusation, cinq d'entre eux, dont le général Brunot Dogbo Blé, qui commandait à l'époque la Garde républicaine, sont poursuivis pour "séquestration et assassinat", les autres pour enlèvement" et/ou "disparition de cadavres".

Stéphane Frantz Di Rippel, directeur du Novotel d’Abidjan, Yves Lambelin, directeur général de Sifca, plus grand groupe agro-industriel ivoirien, son assistant béninois Raoul Adeossi et le Malaisien Chelliah Pandian, avaient été enlevés le 4 avril 2011 à l'hôtel Novotel.

Date de dernière mise à jour : 26/02/2017