Air France : l'accord rejeté, le PDG éjecté

Les personnels d’Air France ont rejeté à 55,44% le projet d’accord salarial soumis au vote par le président d’Air France Jean-Marc Janaillac, qui avait conditionné son maintien en poste au résultat de cette consultation, a annoncé vendredi la direction sur Twitter.

Le PDG Jean-Marc Janaillac a immédiatement annoncé sa démission: "J’assume les conséquences de ce vote et je remettrai dans les prochains jours ma démission aux conseils d’administration d’Air France et d’Air France-KLM", a déclaré M. Janaillac face aux journalistes, en regrettant un "immense gâchis".
 
Il convoquera le conseil d’administration le 9 mai. Eu égard au taux de participation de 80,33%, M. Janaillac a constaté, visage fermé, que "chacun tenait à faire entendre sa voix".
 
"Ce vote est la traduction d’un malaise, il appelle une transformation profonde", a-t-il ajouté, espérant que son départ permette "une prise de conscience collective et d’amorcer les conditions d’un rebond".
 
Au terme de sa déclaration de quelques minutes, M. Janaillac s’est éclipsé sans prendre de question.
 
Le taux de participation s’est élevé à 80,33% parmi les 46.771 salariés d’Air France (sous contrat français) invités à répondre à la question: "Pour permettre une issue positive au conflit en cours, êtes-vous favorable à l’accord salarial proposé le 16 avril 2018 ?".

Date de dernière mise à jour : 07/05/2018