Affaire Théo: la police des polices écarte la thèse du viol

Quatre policiers mis en examen dont un pour "viol"

Jeudi dernier, un jeune homme de 22 ans, Théo, est victime d'une très violente interpellation par quatre policiers, dans cette ville de Seine-Saint-Denis. Quatre policiers sont mis en examen: un pour "viol" et les trois autres pour "violences volontaires en réunion".

L'IGPN a visionné les images de surveillance

Pour l'IGPN, la thèse retenue est celle de l'accident et non du viol, Les enquêteurs ont notamment visionné les images de vidéosurveillance, sur lesquelles on voit Théo refuser de se laisser menotter.

C'est à ce moment-là que trois des policiers tentent de le maîtriser. L'un des agents aurait alors utilisé sa matraque télescopique pour mettre le jeune homme à genou.

«Un accident grave et réel mais pas un viol»

L'IGPN indique également qu'aucun policier n'a baissé le pantalon du jeune homme pour lui introduire la matraque dans l'anus. Il s'agirait d'«un accident grave et réel mais ce n'est pas un viol».

«Un non-événement pour Me Dupond-Moretti

Évoquer ce rapport de l’IGPN aujourd’hui est «un non-événement, ce n’est pas un élément nouveau» a déclaré Me Éric Dupond-Moretti, l’avocat de Théo. Le caractère non intentionnel «c’était la thèse du procureur, qui n’a pas été retenue par le juge d’instruction», a-t-il insisté.

La juge d'instruction dirige l'enquête et elle décidera des suites à donner à l'affaire. Selon LCI, la magistrate n'a pas encore pu visionner la vidéosurveillance en raison d'un problème technique.

Date de dernière mise à jour : 10/02/2017