Affaire Halimi : le meurtrier conteste toute motivation

Interrogé pour la première fois le 10 juillet, le meurtrier de Sarah Halimi a réfuté toute motivation antisémite. Et il a suscité à nouveau l’indignation de la famille de la victime.


Le choix des juges de ne pas retenir – pour l’heure en tout cas – la qualification antisémite suscite de vives interrogations… jusqu’à l’Élysée.