Affaire François Fillon: Les nouvelles approximations défensives

La rémunération de son épouse

Penelope Fillon « a donc occupé ce poste pendant quinze ans et ceci pour un montant moyen de rémunération mensuelle de 3.677 euros net, salaire parfaitement justifié pour une personne diplômée de droit et de lettres », a-t-il expliqué.

François Fillon ramène la somme perçue par son épouse en trente ans (831.440 euros brut) en tant que collaboratrice parlementaire à une moyenne mensuelle en net sur quinze ans (1986-1990, 1998-2007, 2012-2013). Cet angle de vue fait l’impasse sur trois points :

La rémunération de Penelope Fillon a été très variable. Une moyenne ne permet pas de voir ces écarts, la femme de François Fillon ayant été payée jusqu’à 10.167 euros brut (plus que son patron et que l’enveloppe allouée) lorsqu’elle était employée par Marc Jouleau, suppléant de François Fillon dans la Sarthe.

Ce « salaire parfaitement justifié » est pourtant bien supérieur au salaire moyen (2.600 euros brut) et médian (2.200 euros brut) d’un collaborateur parlementaire à l’Assemblée nationale.

Cette rémunération est donnée en brut, Fillon choisit le net. Mais la différence entre brut et net est aussi « à la charge » du contribuable, puisque les collaborateurs parlementaires sont payés par de l’argent public.

Les dates de l’emploi de Penelope Fillon

Sur ce plan, François Fillon s’est trompé pour la deuxième fois. Au lendemain des premières révélations du Canard enchaîné, le 25 janvier, l’ex-Premier ministre affirmait que son épouse travaillait avec lui depuis 1997, comme l’écrivait alors l’hebdomadaire. Une semaine après, nouvelles révélations : Penelope Fillon aurait commencé ce job en 1988. François Fillon a repris cette date dans sa conférence lundi (« Oui elle a commencé à être rémunérée en 88 »).

Sauf que c’était encore raté, puisqu’elle aurait démarré en 1986 aux dernières nouvelles. Cette fois, Le Canard enchaîné n’y est pour rien, ce sont les documents mis en ligne par l’équipe Fillon dans la soirée qui révèlent cette incohérence. « Dans ma réponse, je faisais confiance aux chiffres du Canard enchaîné, c’était les seuls dont je disposais », a-t-il éludé.

Date de dernière mise à jour : 08/02/2017