Affaire Fiona : Cécile Bourgeon-Berkane Makhlouf

La cour d'assises de Riom (Puy-de-Dôme) s'apprête à vivre deux semaines agitées. Du 14 au 25 novembre, les jurés vont en effet avoir à juger le couple maléfique Cécile Bourgeon-Berkane Makhlouf, pour violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner, non-assistance à personne en péril et recel de cadavre. La mère et le beau-père de la fillette de 5 ans, incarcérés depuis septembre 2013, sont soupçonnés d'avoir porté des coups mortels en réunion sur la fillette avant de faire disparaitre le corps.

L'affaire avait débuté le 12 mai 2013. Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, âgée de 30 ans aujourd'hui, signale en fin d'après-midi à la police la disparition de l'une de ses deux petites filles, dans le parc Montjuzet, sur les hauteurs de Clermont-Ferrand. D'importants moyens sont alors déployés pour tenter de retrouver l'enfant de 5 ans, en vain. Et pour cause. Alors que la mère et le beau-père tentent de faire croire à la France entière que Fiona a été enlevée, les investigations et le profil du couple orientent rapidement les enquêteurs sur une piste criminelle.

Les aveux de la mère

Toxicomane notoire, sans emploi, fragile psychologiquement, Cécile Bourgeon vit sous l'emprise de son compagnon depuis plusieurs mois, un homme connu des services de police pour des faits de violence et de toxicomanie. Mais la jeune femme, enceinte de six mois, est entendue à plusieurs reprises et maintient que sa fille a disparu. Magistrats et enquêteurs choisissent alors d'attendre qu'elle ait accouché pour procéder à l'arrestation, à Perpignan, où le couple a déménagé.

Placée en garde à vue le 24 septembre 2013, Cécile Bourgeon craque et passe aux aveux. Elle reconnait que l'enfant est morte et charge son compagnon. Elle explique que Fiona se « mangeait régulièrement des coups par Berkane », « qui portait des gifles, des coups de poing et des coups de pied ». Le soir du drame, la raclée aurait été trop violente et l'enfant aurait été retrouvée dans son vomi le lendemain matin. Après avoir découvert le corps sans vie de la petite fille, le couple l'aurait mis « dans un sac de voyage », pour aller l'enfouir dans la forêt près du lac d'Aydat. De son côté, Makhlouf, 35 ans, nie les coups. Peu crédible, tant les témoignages à son encontre sont unanimement négatifs. Les deux sont mis en examen le soir même et transportés sur place le lendemain pour indiquer aux enquêteurs où se trouve le corps. Ce dont ils se révéleront incapables…

Date de dernière mise à jour : 16/11/2016