Faute d'imprudence

Il s’agit d’une négligence, d’une inadvertance à un acte obligatoire ou interdit par la loi. L’article 121-3 évoque « la faute d’imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement ». La faute est indirecte, elle a causé un dommage qui n’était pas voulu. Ainsi, une inattention peut conduire un automobiliste à renverser un piéton et à le tuer ; mais l’automobiliste peut aussi avoir agit sans respecter certaines règles de sécurité. Même si le dommage en lui-même n’a pas été intentionnellement prévu, une faute a été constatée, elle est donc punissable. Il peut donc s’agir d’un manquement à une obligation, ou d'une simple conduite peu prudente. Dans le cas du médecin par exemple, une erreur de diagnostic ne sera pas considérée comme une faute si le diagnostic était réellement difficile (si les examens nécessaires ont bien été effectués, seul un travail mal fait pourra être considéré comme une faute). Le juge doit donc tenir compte de façon concrète de la situation de l'auteur.