Comment se déroule une campagne électorale ?

Il est nécessaire de distinguer la campagne, au sens large, et la campagne officielle. En effet, certains candidats peuvent se déclarer de longs mois avant l’élection proprement dite, organiser des réunions publiques et intervenir dans les médias. Or, en réalité, une campagne officielle est courte et sa durée est fixée par les textes. Ainsi, pour les élections législatives, la campagne officielle est ouverte à partir du vingtième jour précédant le jour du scrutin. Pour l’élection présidentielle, elle s’ouvre le deuxième lundi précédant le premier tour (ex : en 2012, début de la campagne officielle le 9 avril, premier tour le 22 avril).

L’un des éléments essentiels du déroulement des campagnes électorales aujourd’hui réside dans l’accès aux médias audiovisuels. En effet, les candidats, pour être élus, doivent faire connaître leurs idées et leurs programmes. En dehors des meetings et des "visites de marchés", les médias représentent un moyen de communication incontournable. Selon la loi sur la liberté de communication du 30 septembre 1986, modifiée en 1989, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) doit assurer la possibilité aux différents partis et/ou candidats de délivrer leur message et de bénéficier d’une égalité de traitement même en dehors de la campagne officielle. Il fait ainsi respecter le pluralisme électoral dès la "pré-campagne". À partir du moment où commence la campagne officielle, les différents courants politiques disposent gratuitement de temps d’antenne à la radio et à la télévision.

La loi ordinaire et la loi organique du 25 avril 2016 de modernisation des règles applicables aux élections et à l’élection présidentielle ont modifié, notamment, les règles régissant la campagne électorale audiovisuelle. Pendant la période qui s’étend de la date de publication au Journal officiel de la liste des candidats à la veille de l’ouverture de la campagne officielle, la règle d’égalité des temps de parole est remplacée par un principe d’équité en fonction de la représentativité des candidats et de la contribution de chacun à l’animation du débat électoral. La représentativité est appréciée en fonction des résultats obtenus aux précédentes élections et des indications de sondages d’opinion. Le principe d’égalité est conservé pendant la campagne officielle.

La campagne doit aussi être loyale. Certains moyens, comme l’utilisation de tracts faisant état de rumeurs désobligeantes, à l’égard de l’adversaire ne sont pas admis. C’est un cas fréquent de contentieux électoral et le juge de l’élection peut modifier les résultats pour cette raison.