Facebook évasif sur l'évolution des règles

Le directeur général de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré à Reuters être d’accord avec “l’esprit” de la réglementation européenne sur la protection des données personnelles, sans aller jusqu’à s’engager à en faire la norme sur l’ensemble de son réseau social au niveau mondial.

Facebook est sommé de tirer les leçons du scandale de détournement des données personnelles de millions d’utilisateurs en s’inspirant des règles européennes en matière de protection de la vie privée, qui doivent entrer en vigueur le mois prochain.

Dans un entretien téléphonique, Mark Zuckerberg a dit à Reuters mardi que Facebook préparait une version de cette directive européenne qui pourrait s’appliquer globalement, étendant certaines garanties européennes de protection de la vie privée au monde entier. Mais le milliardaire américain n’a pas voulu dire quels éléments ne seraient pas généralisés.

“Nous sommes encore en train de fixer les détails à ce sujet mais, dans les grandes lignes, dans l’esprit, cela devrait en reprendre la totalité”, a-t-il dit, sans plus de précisions.

Ces déclarations laissent entendre que les utilisateurs américains pourraient se retrouver plus exposés que les Européens alors que la colère n’est pas retombée aux Etats-Unis depuis que Facebook a reconnu qu’un cabinet de conseil britannique, Cambridge Analytica, avait récupéré illégalement les données personnelles de 50 millions de ses membres.