Les principales dispositions du projet de loi Macron

Emmanuel Macron dispute un marathon parlementaire sur un sentier parsemé de chausse-trappes. Depuis lundi 26 janvier, le ministre de l’économie défend à l’Assemblée nationale son projet de loi sur « la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques », un long chapelet de mesures protéiformes qui cherchent à briser les « verrous » posés sur les entreprises. Durant les débats en séance publique, programmés jusqu’au 6 février, il va devoir croiser le fer avec des députés incarnant toutes les sensibilités politiques présentes dans l’Hémicycle. Bien que des concessions aient été faites au cours de l’examen du texte par la commission spéciale de l’Assemblée, plusieurs sujets de friction subsistent. Même s’ils le disent sur un ton moins vigoureux depuis les attentats commis en région parisienne, les « frondeurs » du PS et d’autres membres du groupe socialiste veulent que l’exécutif amende les articles consacrés à l’extension du travail dominical. Une bataille dans laquelle s’impliqueront également les écologistes et le Front de gauche.
La droite, de son côté, a l’intention de monter au créneau pour défendre les professions réglementées, dont les conditions d’exercice et la tarification vont profondément évoluer. Il faut aussi s’attendre à une offensive des Verts à propos des dispositions relatives au logement et au droit de l’environnement.