L'article anti-google adopté par le Sénat

Si le projet de loi venait à être adopté en l'état, "tout exploitant d'un moteur de recherche susceptible, compte tenu de son audience, d'avoir un effet structurant sur le fonctionnement de l'économie numérique", devra "mettre à la disposition de l'utilisateur, sur la page d'accueil dudit, un moyen de consulter au moins trois autres moteurs de recherche, dont au moins un dont le siège social de la société qui l'exploite se situe en France, sans lien juridique avec cet exploitant".
 
En d'autres termes, Google pourrait être obligé de mettre un lien vers 3 moteurs de recherche concurrents sur sa page d'accueil.
 
D'après certains quotidiens d'information, le Ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique, Emmanuel Macron, aurait jugé cette mesure anticonstitutionnelle, car portant "une atteinte disproportionnée au droit d'entreprendre".